Guadalupa: 15% di specie animali minacciate di estinzione

Couleuvre des Antilles, sérotine de Guadeloupe, cachalot… Environ 15 % des espèces animales de Guadalupe sont menacées d’extinction, selon la nouvelle liste rouge de l’Union internationale de la conservazione della natura (UICN) portant sur ce territoire particuli en biodiversità.

• Lire australiane: Difficile convivenza dei pêcheurs avec les baleines noires

• Lire australiane: L’extinction d’animaux entrave la capacité des plantes à s’adapter au changement climatique

Sur les 574 espèces d’animaux terrestres, marins ou d’eau douce passées en revue, 85 sont menacées, 48 ​​​​sont quasi-menacéee et 16 ont d’ores et déjà disparu, selon un communiqué publié jecisepun qui évaluer qu’un quart des espèces connues en raison du manque de données sur le reste.

Mais pour toutes les espèces, comme partout sur la planète minacée par la “sixièmestintion de masse”, i pericoli sont connus, de la perte des habitats liée aux activités humaines à la concurrence d’espèces exotiques invasives.

In Guadalupa, «la distruzione e la frammentazione degli habitat rappresentati dalle principali minacce e dal contatto con l’ensemble des groupes d’espèces», précient dans le communiqué l’UICN, il Museum national d’histoire naturelle e l’Office français de la biodivers .

Per esempio, en raison de la pression sur les forêts causée par l’urbanisation et les défrichements pour l’agriculture, la couleuvre des Antilles, appelée aussi couresse, est classée “en hazard critique”, tout comme la chauve-souris de adeé et un escargot très rare, la glandine de Guadalupa.

Sont également pointées du doigt la modification des cours d’eau et l’inquinamento aux pesticidi, notamment par le chlordécone qui continue d’affecter poissons et crustacés d’eau douce malgré son interdiction depuis 1993.

READ  Attacco con coltello in Cina | Il bilancio delle vittime è salito a sei

L’évaluation des espèces de Guadalupe souligne égallement les minaces causees par la chasse et le braconnage surceres espèces come l’érismature roututou, un oiseau classé «en hazard», o les tortues marines.

Comme sur beaucoup d’îles, l’invasion d’espèces venues d’ailleurs est problématique. La couleuvre des Antilles et l’oiseau pétrel diablotin, tous deux classés “en hazard critique”, sont ainsi victimes de prédateurs comme les rats noirs, les chats domestiques et les petites mangooustes indiennes.

En mer, le cachalot est classé en danger, victime notamment, comme les tortues marines — par exemple la tortue imbriquée, quasi minacée — de filets de pêche ou de collision avec des navires. Tandis que sur le littoral, les activités touristiques et de loisirs dérangent les oiseaux comme le pélican brun et la petite stern classés «vulnerables», selon le communiqué.

«Face à ces défis, des mesures de protection des espèces ont été mises en place», come des aires protégées, mais il est malgré tout «essentiel de renforcer ces actions pour enrayer les pressions restes, améliorer la présurré les les essentiel les plus minacées pour éviter leur disparition», plaident les trois organismes.

VOIR AUSSI :

You May Also Like

About the Author: Rico Alfonsi

"Appassionato pioniere della birra. Alcolico inguaribile. Geek del bacon. Drogato generale del web".

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.